Carnaval 2010

Le vidé (le monstre)

Vidé vient de l’expression : vider la salle (de bal).
Installés en fin de cavalcade, ils entraînent à leur suite une foule délirante qui se disloque dans la nuit pour boire un dernier verre et continuer la fête entre amis.


Le Carnaval de Guyane est l'un des événements majeurs de Guyane.

Il se déroule entre l'Épiphanie au début de janvier, et le Mercredi des Cendres en février ou mars.

Association club hippique de kourou

L'école de musique

Association Kouroucienne d'aide aux ti'jeunes

Association canton

Les belles du Maroni

Le roi Vaval, la reine vaval

Figure mythique du carnaval.

Il est le roi du carnaval.

Il est intronisé au début du carnaval.

Il meurt le mercredi Des Cendres.

Le temps du règne du roi Vaval libérateur des corps, des sens et des esprits.

Batukando, les geants du sud

Bwa Kanon. Le prince et des marquises

Os band

Le Touloulou

Cette tradition est propre à la Guyane, elle n'existe nulle part ailleurs.

C’est pour protéger leur anonymat que les femmes qui se rendent dans des bals se travestissent de la tête au pied avec gants, masques et cagoules.

Elles se griment ainsi pour que n’apparaisse le seul millimètre de peau qui pourrait les trahir.

Même la voix est modifiée, et certaines se rendent muettes.

Sous ce maquillage, les Touloulous envahissent les pistes de danses pour griser, les cavaliers d’un soir qui auront attendu patiemment pour devenir l’élu de la soirée… 
Les danses du carnaval sont la mazurka, la biguine et le piké djouk.

C'est le Touloulou qui invite les hommes à danser, ils ne peuvent pas refuser.

Seules les touloulous ont le droit de danser, si une femme non déguisée danse, l'orchestre s'arrête.

Les soirées ont lieu les vendredi et samedi soir.

Elle représente les femmes bourgeoises des 18ème et 19ème siècles.

 

 

Diab rouj (diable rouge)

C'est un diable vêtu de rouge et de noir.

On le voit dans les rues pendant le mardi gras.

Les reines de casaque d'or

Natural tribal

Banda man Jack

Les Hibiscus

Les nèg'marrons

Il représente un esclave fugitif, appelé marron.

Il circule presque nu, le corps enduit d’huile noire colorée à la suie, vêtu d’un pagne ou kalimbé rouge, un bandeau rouge sur la tête et à la bouche le fruit rouge de l’awara, oléagineux symbolisant la force du marronage, la liberté dans les grands bois, la contestation de l’esclavage.

Les nèg'marrons

Il est utilisé pour assurer le service d’ordre du Carnaval de rue ou faire une haie d’honneur aux groupes masqués, car il noircit génreusement celui qui entrave son passage.

Commentaires (2)

1. yvonne 19/04/2010

bisous a touts les quatres mes compliements pour ces jolies photos je viens de les regarder de chez yvonne mamie et enrico bisous

2. E mail 06/03/2010

he ! pas si filiformes que ça les filles

Ajouter un commentaire


free statistics

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Guide Guyane