Iles du salut, île Royale

Treuil et attache du cable du transbordeur

Il assurait une liaison avec l'île du Diable.

L'auberge

Logement du chef de quai avec magasin

La case de Guillaume Sesnec

Une entrée du Camp de la transportation

Logement du gestionnaire

La boucherie

Les logements des gardiens

Les logements des gardiens

Le lavoir des bagnards

La case de Guillaume Sesnec

Ateliers des travaux

Le lavoir des bagnards

Une cellule

Logement du gestionnaire

Le cimetière des enfants

La boucherie

Quartier disciplinaire

La case de Guillaume Sesnec

Logement du chef de quai avec magasin

Les cellules

Les logements des gardiens

La case de Guillaume Sesnec

Le phare

Les logements des gardiens

Logement du chef de quai avec magasin

La boucherie

Les logements des gardiens

Ateliers des travaux

Menuiserie, ferronnerie avec logement.

Quartier disciplinaire

Le cartier des gardiens

Quartier disciplinaire

La boucherie

La case de Guillaume Sesnec

Le cimetière des enfants

La case de Guillaume Sesnec

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

Les latrines.

L'asile d'aliénés

Logement du gestionnaire

Logement du gestionnaire

L'asile d'aliénés

Le reste d'une chambre.

Hôpital du bagne

Les restes d'une fresque.

Hôpital du bagne

Hôpital du bagne

Hôpital du bagne

Hôpital du bagne

Hôpital du bagne

Les cellules

L'entrée des cellules

Les logements des gardiens

L'ancienne maison du directeur maintenant en musée

Vue de la l'ancienne maison du directeur

L'ancienne maison du directeur maintenant en musée

Le jardin de l'ancienne maison du directeur

Les îles prise de la plage de Kourou

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

Les bagnards étaient enfermés dans des petites cellules.

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

L'asile d'aliénés

A coté de l'asile d'aliénés

Maison du directeur

Ce bâtiment est devenu le Musée du Bagne.

La case de Guillaume Sesnec

Plaque à la mémoire de Guillaume Sesnec

Cellules

58 cellules et 8 cachots composent ce lieu.

Vue de la montagne des singes

Ile réservée aux forçats de la dernière classe, "les professionnels de l'évasion, les transportés, les criminels.

Dans la cour, une guillotine était montée à chaque condamnation.

Cette sentence était exécutée par un bagnard qui, en échange, bénéficiait de quelques privilèges.

L'asile d'aliénés

Le couloir.

La réclusion cellulaire a été supprimée par le gouverneur de la Guyane en 1940.

On a du mal à imaginer les 20 à 30 000 bagnards qui sont passés sur l'île et pour la très grande majorité, y sont morts !

 

C'est l'île principale, la plus grande des 3.

C'est là que se trouvaient les bâtiments administratifs.

Les morts étaient jetés aux requins qui rappliquaient au son de la cloche.

L'église

Durant son séjour à l'île Royale, le peintre faussaire Francis Lagrange, alias Flag, mit son talent au service de ses compagnons mais aussi aux gardiens.

Il apprécient les nus féminins ou les scènes érotiques de Lagrange.

Il réalise une fresque dans la chapelle de l'île.

Il peint également de nombreuses scènes sur la vie quotidienne des transportés.

Les scènes religieuses furent peintes entre 1936 et 1940.

Les barbecues

Avec des bûches de palmiers.

Hôpital du bagne

Il était réservé aux gardiens.

Hôpital du bagne

Il pouvait recevoir les notables en convalescence.

Hôpital du bagne

Atelier en ruines.

Les prisonniers y faisaient des outils et toute autre chose utile pour le bagne.

L'auberge

Ancienne résidence du directeur du bagne.

Maintenant une auberge et restaurant.

La maison des soeurs

Elles furent présentes jusqu'à la séparation de l'église et de l'état en 1905 puis remplacées par des infirmières civiles.

L'église date de 1854

Il y avait un seul service de messe, le dimanche.

Une vingtaine des oeuvres de Francis Lagrange sont exposées au musée Franconie.

Le phare

Construit en 1864, il avait une portée de 24 km.

En dehors des routes commerciales, il ne servait qu'aux navires affrétés par le bagne.

Le cimetière des enfants

Le cimetière des enfants

60 tombes d'enfants de gardiens victimes d'épidémies.

Le musée

Camp de la transportation

Les hommes étaient couchés sur une planche en bois et enchaînés.

En 1929, le hamac, plus confortable, fut adopté.

Certains bagnards, comme le dénommé Roussenq, dit "l'incorrigible", ont passé des années dans ces cellules exiguës, dans l'obscurité totale, enchaînés.

Commentaires (2)

1. 12/02/2010

Superbes photos !!!!

2. email 04/02/2010

que de belles choses vous voyez, et de belles photos que vous faites bravos

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.


free statistics

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Guide Guyane